Expo 2018

Annie FAYOLLE DIETL

Du 22 février au 18 mars 2018


Encres et techniques mixtes
 

L'ARTISTE




L’EXPO


Annie Fayolle Dietl peint depuis l’enfance. L’aquarelle est restée longtemps son principal moyen d’expression picturale. Fascinée par la transparence et la souplesse de l’eau sur le papier, par les coulures et les couleurs, elle a découvert Turner à l’adolescence, le prenant comme maître de ses essais.
Elle privilégie les lettres, les signes, les caractères de tous genres, de même que la gestuelle de l’écriture. Elle aime les transparences qu’autorisent les pigments dilués et l’encre sur les papiers fins. Elle découpe, déchire des papiers peints au préalable et les assemble dans des compositions faisant écho à des paysages intérieurs. Des signes se cachent derrière d’autres formes, les animant, voire les dissimulant partiellement, et laissent deviner des écritures fantaisistes qui apparaissent au gré de constructions abstraites.
Passée de paysages figuratifs peints à l’aquarelle à des formes plus abstraites, sa peinture hésite parfois entre des lignes évoquant clairement une nature horizontale et d’autres formes plus libres, faisant écho à des vibrations, des mouvements intérieurs, dans des traces d’inspiration orientale.
La rencontre du professeur Wang Fei et de la calligraphie chinoise en 2006, et plusieurs séjours de peinture et de calligraphie en Chine (Shao Xin, Nankin, Guilin) lui ont permis de travailler le geste du pinceau sur le papier fin, la composition des signes, le respect du vide, les silences.
Finalement, elle s’est détachée des codes calligraphiques établis pour rechercher des “élucubrations picturales” dans un équilibre entre formes et signes, entre les noirs, les nuances de gris et les couleurs. Elle aime regarder l’encre couler librement sur le papier qui l’absorbe, jusqu’à ce qu’un désir de structure vienne la domestiquer, elle recherche les cassures, les failles, les plages vides, les traces subtiles. Dans sa pratique de techniques allant de l’encre et la calligraphie à l’acrylique et aux techniques mixtes, elle tente de dépasser les limites du figuratif.
« Je suis convaincue aujourd’hui que l'abstraction me permet plus de liberté, car elle fait appel à un côté de ma nature plus rebelle, et me pose de nouveaux défis pour de nouvelles créations. »