Expo 2016

Nicolas Noverraz

Du 13 octobre au 13 novembre 2016


Sérigraphie
 

L'ARTISTE




L’EXPO


" Et si Warhol avait été suisse ? "

Nicolas Noverraz et la sérigraphie

Lors de d’un projet précédent, nommé, « les petits riens urbains », Nicolas Noverraz a utilisé la sérigraphie pour mettre en évidence des tickets et autres billets de notre quotidien, qui ont une valeur relative pendant une période donnée, ex : ticket de parking, billet de bus, amende… etc. Ils ont d’abord été agrandis avant d’être sérigraphiés sur des toiles.

Dans la série de sérigraphies urbaines de 2001, Nicolas Noverraz traite l’architecture de façon différente. L’image photographique d’un immeuble est sérigraphié en noir sur fond de couleurs appliquées à la main. Ainsi à la verticalité et à l’horizontalité s’ajoute l’aspect ténébreux et crasseux propre à la ville contemporaine.

Le projet « Et si Warhol avait été suisse ? » de 2008, reprend la problématique des produits de consommation avec les influences locales. Nicolas Noverraz s’est donc mis à la place d’un Andy Warhol qui serait né en Suisse. Ainsi les dollars deviennent des Francs suisses, les soupes Campbell deviennent du Cenovis, le Coca-Cola se mute en Sinalco.

Le travail de Nicolas Noverraz ne se limite pas à la sérigraphie. Le plasticien essaie d’obliger les gens à regarder dans ses œuvres les choses qu’habituellement ils ne regardent pas, que ce soit à travers l’hyperréalisme, l’Art Pollution, les œuvres objets et autre installations. Il veut conduire les gens à prendre position par rapport à ce qui est communément considéré comme socialement beau et ainsi s’extraire des standards imposés par la société.

Suivant les thèmes que Nicolas Noverraz choisit, il attend une sorte de prise de conscience collective en rapport à ce que l’humain rejette dans son environnement. Ces rejets ayant deux facettes opposées ; ils peuvent à la fois être visuellement beaux et monstrueux dans ce qu’ils représentent pour l’avenir de l’environnement.