Vue Sur...

José Luis LARGO

 


Gravure


Né à Madrid, Espagne
Vit et travaille à Genève, Suisse



TECHNIQUE


Gravures à l’eau-forte, aquatinte, pointe-sèche, linogravure et électrographie, une technique moribonde pour un art moribond.



BIOGRAPHIE


Texte de Jean-Luc Daval (extraits)

José Luis Largo s’est déjà fait une place dans la presse espagnole et internationale comme caricaturiste. On lui demande plus souvent d’intervenir dans les champs de la culture ou du social que dans celui du politique, car ses dessins ne sont jamais au premier degré. Certes, par le trait acide, le choix des détails et de la situation, il révèle des aspects ridicules et déplaisants, mais il travestit souvent l’actualité par de complexes références stylistiques et thématiques à l’histoire de l’art donc à celle de l’homme. Il lui arrive d’être censuré pour aller au-delà de la dénonciation de travers caricaturaux en mettant en cause des réalités plus profondes. Il ne fait pas de « grotesques », ces figures ornementales communément admises, substituts anonymes et outranciers assumant débordements et dérèglements, il donne dans le grotesque, le comique de la caricature poussée jusqu’au fantastique, la dimension où l’absurdité de l’existence se dénonce d’elle-même.

Instinctivement, Largo se situe dans cette veine dite « populaire » à l’origine de toutes les satires des pouvoirs ou des mœurs. Il attaque les vices individuels ou sociaux en les tournant en ridicule. Depuis les Grecs, une telle irrévérence a pris pour cible les excès des puissants ou les extravagances de comportement et d’habillement qui font la mode. Farces, comédies et pamphlets témoignent d’une verve qui s’est rarement tarie, mais qui est restée plus « privée » dans le domaine des beaux-arts avant l’invention de la gravure (et Largo en fait beaucoup).

(…) Profondément espagnol, Largo partage le réalisme cruel d’un Zurbarán, d’un Goya ou d’un Picasso, mais il l’incarne dans les mondes fantastiques et irréels d’un Bosch ou d’un Brueghel qui font aussi la richesse du Prado. Il met la plus grande application à bien peindre « à l’envers » tout ce qu’il abhorre pour rendre plus offensante la vérité.

(…) Parmi tous les créateurs, c’est Goya qui a le plus touché Largo, Goya dont Malraux écrivait : « un anti-italien, un artiste pour qui art et beauté sont des idées distinctes ». Dans ses propres Caprices et ses Disparates, notre Madrilène arrive aux mêmes conclusions : il n’y a pas de normes dans la manière de faire de celui qui est soumis à sa vérité individuelle.

Jean-Luc Daval est professeur d’histoire de l’art à l’École Supérieure d’Art Visuel de Genève dont il fut doyen de 1972 à 1993. Il enseigne aussi à l’Université et à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne. Historien et critique d’art, il fut directeur de collections aux éditions d’art Albert Skira où il a publié Art Actuel (1975-1980), Le Journal de l’art moderne 1884-1914 (1972), Le Journal des Avant-Gardes, 1914-1939 (1980), entre autres ouvrages.

(Quevedo, XVIIe s.) Finalement, tous les états se rencontrent chez les bouffons, d’où leur nombre ; et si on y regarde de près, il n’est au monde que bouffons, pas un de vous qui ne soit un bouffon, car vous passez votre temps à rire les uns des autres — tous par nature, quelques-uns par profession.

(José Luis Largo) Je n’ai envie de graver que dans un état volcanique, dans la brûlure ou la tension, dans un accablement transformé en rage, dans un contexte de représailles où les morsures de l’acide remplacent les baffes et les coups.

Note biographique de José Luis Largo

Né à Madrid, il est diplômé de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Genève, où il a étudié la gravure avec Daniel Divorne, fondateur du Centre de Gravure Contemporaine de Genève. Il collabore depuis longtemps avec la presse espagnole, suisse et internationnale et expose régulièrement en Suisse et à l’étranger.



EXPOSITIONS


- Galerie François Fontaine

Genève-Satigny, Suisse

2018

- Espace Cheminée Nord

Genève, Suisse

2016-2017

- Galerie François Fontaine
  « Petits Formats Grande Emotion »

Genève-Satigny, Suisse

2015